L'automobile en Val d’Oise

 

     auto FR
Val d'Oise, territoire de confiance

auto 01

haut gauche pale   haut droit pale

Une sécurité assurée


Le PJGN (pôle judiciaire de la gendarmerie nationale) à Pontoise, anticipant les innovations dans l’industrie automobile, a mis en place dès 2015 l’OCSTI (observatoire central des systèmes de transports intelligents) afin de détecter les menaces et les opportunités représentées par les systèmes de transports intelligents. Il permet de prévenir les nouvelles vulnérabilités comme celles issues de l’informatisation constante des transports.

bas gauche pale   bas droit pale

haut gauche b   haut droit b

Une formation pluridisciplinaire


Le GARAC, à Argenteuil, est l’école nationale des professions de l’automobile. Elle propose 21  formations du CAP à l’Ingénieur. Elle prépare les jeunes à relever les défis technologiques et commerciaux dans le monde des services de l’automobile, du motocycle, du poids lourd et de la mobilité. Elle forme des techniciens qualifiés ainsi que des cadres très recherchés sur le marché.

bas gauche b   bas droit b
Zoom sur une filière

La filière automobile rassemble les cons- tructeurs automobiles, les équipementiers et fournisseurs de rang 1, ainsi que de nombreux sous-traitants appartenant à des secteurs divers (mécanique, plasturgie, emboutissage, fonderie, électronique, etc.).

Elle comprend également les constructeurs de véhicules poids lourds, bus et autocars, ainsi que les carrossiers. Ce secteur se structure autour de cinq principaux pôles métiers : la distribution (véhicules et carburants), la maintenance automobile, les services aux automobilistes, l’éducation à la route et le recyclage.

La filière a élaboré un plan d’actions portant sur un nombre limité de projets structurants à forts enjeux :

> environnemental : avec l’arrivée du moteur électrique et l’évolution du mix énergétique qui vont profondément impacter l’ensemble de la filière ;

   

> numérique : avec le véhicule connecté, intelligent, autonome et l’émergence de sujets aussi complexes que la protection des données détenues par un véhicule ;

> sociétal : avec de nouvelles offres de mobilité et une profonde évolution du rapport à la voiture.

L’électronique embarquée permet de piloter et contrôler l’ensemble des fonctions d’un véhicule pour améliorer son confort et sa sécurité, de réduire la consommation globale en énergie et en émissions polluantes du véhicule. Valéo (spécialisée dans les systèmes et les équipements électroniques et électriques pour les contrôles moteurs et les pièces automobiles) et Autoliv (spécialisée dans les équipements de sécurité pour véhicules automobiles) travaillent dans ce domaine.

La filière automobile est celle qui dépose le plus de brevets en France et investit plus de 6 milliards d’euros par an en R&D. C’est Valeo, groupe mondial, qui détient le nombre le plus important des dépôts de brevets en France.


auto suite02

France. Valeo « système de contrôle moteur », implantée à Cergy, est une entreprise spécialisée dans les systèmes et équipements électroniques et électriques pour les contrôles moteurs et les pièces automobiles. Elle fournit aussi des pièces de rechange pour les constructeurs automobiles.

 

Le Val d’Oise accueille sur son territoire des entreprises majeures dans le monde de l’automobile comme Autoliv, à Cergy, spécialisée dans la fabrication, le développement et la commercialisation d’équipements de sécurité pour véhicules automobiles (airbags, ceintures de sécurité, volants). Autoliv travaille égale- ment sur la conception de la voiture du futur.

Le volet aval de la filière valdoisienne comprend les entreprises de service qui représentent un écosystème d’ETI, de PME et de TPE particu- lièrement dense comme Telma, Flex-N-Gate et Visteon Electronics.

Erpro & Sprint, à Saint-Leu-La-Fôret, rassemble ainsi 2 entreprises, l’une spécialisée dans l’impression 3D et la seconde dans la découpe de pièces en métal. La PME emploie cinquante salariés et produit des pièces uniques ou en très petite quantité pour des essais, des démonstrations.

Par exemple, un volant pour prototype automobile, un carter spécial pour vélo électrique ou une pièce d’avion pour un essai en soufflerie.

auto suite03

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les réseaux

Recherche et enseignement supérieur : 
 
 
Université de Cergy-Pontoise (UCP)
33, boulevard du Port 95011
Cergy-Pontoise cedex

ECAM EPMI   
> École d’Electricité, de Production et des Méthodes Industrielles

ENSEA
École Nationale Supérieure de l’Electronique et de ses Applications Laboratoires Publics


Laboratoires académiques :

ETIS (ENSEA-UCP-CNRS)
Équipes traitement de l’information et systèmes

QUARTZ (ENSEA-UCP-CNRS)
Ingénierie des systèmes complexes et des sciences de l’information

LR2E (ECAM-EPMI)
Recherche en Eco-Innovation Industrielle et Energétique

MRTE  (UCP)
Laboratoire de géographie mobilités, réseaux, territoires, environnements

SATIE (UCP-CNRS)
Laboratoire systèmes et applications des technologies de l’information et de l’énergie


Laboratoires privés :

AUTOLIV FRANCE
ABB
VALEO
AKEBONO EUROPE
TYCO ELECTRONICS
NCS PYROTECHNIE ET TECHNOLOGIE

Les entreprises de référence 
en Val d'Oise

3M - Systèmes de sécurité nocturnes pour les véhicules automobiles (systèmes réfléchissants d’éclairage).

ABB - Fabrication de matériel industriel, technologies de l’énergie et de l’automation : produits haute, moyenne et basse tension, contrôle commande, variateurs de vitesse, instrumentation et analyse, moteurs et générateurs, robotique.

Akebono - Centre de recherche et de développement spécialisé dans la fabrication et la commercialisation des plaquettes de freins pour véhicules automobiles.

Autoliv - Développement, fabrication et commercialisation d’équipements de sécurité pour véhicules automobiles (airbag, ceintures de sécurité, volants), voiture autonome.

Erpro - Réalisation de prototypes, les maquettes et les petites séries avec impression 3D.

Flex-N-Gate - Fabrication, la conception et la distribution des équipements automobiles tels que les pares-chocs - blocs avant, les groupes moteurs, les ventilateurs pour l’industrie automobile.

Lear Corporation - Fabrication de sièges pour les véhicules automobiles.

Soufflerie climatique d’IDF - Analyses, essais et inspections techniques sur tous les véhicules terrestres.

Telma - Leader mondial du freinage sans friction, dispositif electroniques embarqués pour la compatibilité des freins avec les systèmes ABS, EBS, ESP.

Tyco Electronics - Fabrication et vente de connexions électriques et électroniques pour : automobile, biens d’équipements (télécommunications, informatiques, aéronautique...).

Valeo - Réalisation des systèmes et des équipements électroniques et électriques pour les contrôles moteurs et les pièces automobiles (pièces de rechange pour constructeurs automobiles).

Visteon Electronics - Fabrication de pièces électroniques pour l’automobile et l’habitacle comme les tableaux de bords, systèmes audio, affichage d’informations.

icone pdf pptTéléchargez le PowerPoint de présentation au format .pdf

bas de page

L'aéronautique en Val d'Oise, filière de confiance

     ceevo fiche aeronautique FR HD Page 1
Val d'Oise, territoire de confiance

haut gauche b2   haut droit b2

3 Aéroports


Le Val d’Oise accueille une des principales places aéroportuaires européennes et internationales avec l’aéroport international de Paris Roissy-Charles de Gaulle, plateforme mondiale du transport aérien et du fret, l’aéroport d’affaires de Paris-Le Bourget et celui de Pontoise-Cormeilles en Vexin, à Cergy-Pontoise. Paris-Roissy-CDG emploie 85 000 salariés dans 700 entreprises et plus de 200 métiers dans 11 principaux secteurs d’activités.

bas gauche b2   bas droit b2

haut gauche b   haut droit b

SIAE - Premier salon aéronautique mondial


Le Val d’Oise accueille tous les deux ans, au Bourget, le premier Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace (SIAE) qui réunit l’ensemble des acteurs mondiaux de l’industrie aéronautique autour des dernières innovations technologiques. L’occasion de découvrir, sur plus de 300 000 m2 d’exposition, des aéronefs à terre et en vol et de rencontrer plus de 2000 entreprises (dont une cinquantaine « valdoisiennes ») venues du monde entier.

bas gauche b   bas droit b
Zoom sur une filière

La filière aéronautique emploie près de 175 000 personnes1 en France. Elle compte 350 entreprises, la plupart équipementiers et sous-traitants qui sont en majorité des PME reconnues pour leur savoir-faire. Elle consacre 15 % de son chiffre d’affaires à la R&D. Le Val d’Oise concentre 10 % des emplois aéronautiques de l’Île-de-France à Argenteuil- Bezons, à Cergy-Pontoise, en Vallée de Montmorency ou à proximité des aéroports de Paris-Roissy-CDG et de Paris-Le Bourget. Le Val d’Oise et l’industrie aéronautique, une histoire qui remonte au siècle dernier. Les premiers aéronefs étaient fabriqués en dehors de Paris, sur les bords de Seine, comme les automobiles. Certains bâtiments de l’établissement Dassault Aviation qui participe à l’assemblage des avions militaires (Rafale) ou civils (Falcon) ont été construits au début du siècle dernier

Des fabricants de
matériels de pointe


Véritable territoire aéronautique doté de trois aéroports, le Val d’Oise couvre toute la palette des métiers de l’industrie aéronautique et des services aéroportuaires.
• La construction d’aéronefs, militaires et civils : Dassault Aviation et Airbus Helicopters.
• La sous-traitance aéronautique : de nombreuses PME-PMI (Aertec, Cefival,Chromalloy, Goodrich Actuation System Sas, Hispano Suiza, Laroche, Le Joint Français, Mäder...) y travaillent pour Boeing, Airbus, Dassault, Embraer...
• Les fixations aéronautiques (accrochage, rivet) : deux unités de fabrication de rivets, Lisi Aerospace (Blanc Aero industries) et Alcoa à Cergy-Pontoise, forment un pôle de compétence de niveau mondial dans ce domaine.
  


aero suite 01

La maintenance aéronautique : Dassault Falcon Service pour les jets privés ; Air France Industries KLM Engineering & Maintenance pour l’entretien de près de 1 500 avions appartenant à 150 compagnies aériennes nationales et internationales ; Vector Aerospace France (ex-Seca), autre spécialiste de la maintenance et des moteurs turbopropulseurs.
La formation et l’entraînement de pilotes avec Air France-KLM, Flight Safety, Sim Aero... qui disposent de simulateurs de vols, auxquels s’ajoutent les centres spécialisés pour l’aviation générale comme Hispano Suiza, leader en France.
L’assistance aéroportuaire en piste, dite handling, regroupant autour des aéroports de Paris-Roissy-CDG et de Paris-Le Bourget, de nombreuses sociétés comme France Handling, Universal, Signature... ou des entreprises de catering (avitaillement de l’avion, nourriture, couvertures, magazines, boutiques hors taxes à bord...) comme Servair, New Rest, Uppersky Gourmet.

L’aéronautique poursuit
ses investissements
en Val d’Oise

En trois ans, des projets industriels majeurs ont confirmé le Val d’Oise comme le territoire où l’industrie aéronautique a le plus investi. Air France Industries KLM Engineering & Maintenance a inauguré, en 2012, à Roissy-en-France, « Zephyr», banc d’essai de réacteurs de niveau international capable d’effectuer les essais de gros moteurs d’avion tels ceux des Boeing 777 et des A380.

 

Ce bâtiment (43 M€) permet de tester chaque année environ 300 moteurs d’avion. Hélios (45 M€) accueille l’activité Aérostructures d’Air France Industries KLM dans un nouveau bâtiment à Roissy-en-France, pour capter le marché « aérostructures » des flottes en devenir : B787, A350. Airbus Helicopters (80 000 m2) implante un site industriel (production de pales, logistique, bureaux, restaurant) et de R&D sur le site de l’aéroport de Paris-Le Bourget. Enfin de nombreuses PME et ETI engagent des projets conséquents pour des sites de production, en Val d’Oise, démontrant le dynamisme de cette filière.

  

Les réseaux

haut gauche b   haut droit b

ASTech Paris Region


Ce Pôle de Compétitivité aérospatial, premier cluster français dans l’Aéronautique, l’Espace et les Systèmes Embarqués, rassemble plus de 100 000 salariés dont la majorité des emplois de R&D. Il réunit dans le Val d’Oise des entreprises de renom comme Aéroports de Paris, Aertec, Airbus Helicopters, Cefival, Dassault Aviation, Lisi Aerospace, Safran, Thales qui travaillent en réseau avec le Département du Val d’Oise, les collectivités territoriales, les chercheurs publics et privés et les PME locales.
http://www.pole-astech.org

bas gauche b   bas droit b


> Enseignement supérieur

ENSEA : École Nationale Supérieure de l’Électronique et de ses Applications
ETIS (CNRS - ENSEA - UCP) : Équipe Traitement de l’Information et Systèmes
LERMA (CNRS- ENS Cachan - Observatoire de Paris - UPMC - UPC) : Laboratoire d’Études du Rayonnement de la Matière en Astrophysique et Atmosphères

aero suite 03

 1- Données chiffrées issues du débat du 12 mai 2015 à l’Assemblée Nationale.

 

 




LPMS (CEA - UCP) : Laboratoire de Physique des Matériaux et des Surfaces.
LPPI (UCP) : Laboratoire de Physicochimie des Polymères et des Interfaces.
MRTE (UCP) : Laboratoire de géographie mobilités, réseaux, territoires, environnements
SATIE (CNAM - CNRS - ENS Cachan - ENS Rennes - IFSTTAR - Paris-Sud - UCP) : Laboratoire des Systèmes et Applications des Technologies de l’Information et de l’Énergie

> Laboratoires publics

DASSAULT Aviation
Sagem Groupe SAFRAN
THALES

aero suite 02 

 

Les entreprises de référence

Conseil Alcoa Fastening Systems - Industries de l’aéronautique et de l’espace
Aertec - Maintenance de sièges pour avions
Airbus Helicopters - Banc d’essai des pales d’hélicoptères
Air France Industries Klm Engineering & Maintenance - Entretien et maintenance des aéronefs
Aircraft Interior Products (AIP) - Aménagement et rénovation d’intérieur d’avions
Cefival - Tubes et profils acier pour l’aéronautique
Chromalloy - Mécanique générale
Dassault Aviation - Construction d’avions
Dassault Falcon Service - Jets pour aviation d’affaires
Elno - Systèmes audio et technologies
Goodrich Actuation System SAS - Équipements de navigation
Hispano-Suiza - Moteurs d’aéronefs
Laroche Group - Mécanique générale sous-traitant d’Airbus Helicopters
Le Joint Français - Adhésifs spécialisés
Lisi Aerospace - Forge de pièces en métal pour l’aéronautique
Mäder - Peintures et solvants
Sagem Défense Sécurité (Safran) - Électronique de la navigation et la défense
Thales Training Simulation - Simulateurs d’hélicoptères, d’avions militaires
Trochet - Mécanique de haute précision
Vector Aerospace France - Maintenance, réparation et révision (MRR) pour hélicoptères et aéronefs

icone pdf ppt

Téléchargez le PowerPoint de présentation au format .pdf

Technologies et Eco-activités de l’environnement en Val d’Oise

media49405




Le Val d’Oise participe à la dynamique environnementale en accueillant la plus grande chaufferie bio-masse de France, installée à Cergy-Pontoise, l’usine modèle de retraitement des eaux par nano filtration à Méry-sur-Oise et le centre de formation de Véolia environnement à Jouy-Le-Moutier.

carre La France a l’ambition d’accueillir des champions de la croissance verte. La labellisation par l’État de pôles de compétitivité dédiés aux éco-technologies dans les domaines de l’eau, de la gestion des déchets, de la construction et de l’énergie va dans ce sens. L’eau, le traitement des sols pollués, le captage du carbone, la géothermie profonde, la valorisation des déchets, les bâtiments durables, le traitement des bruits sont autant de gisements économiques qui peuvent se développer positivement dans l’industrie française. La France est le pays européen qui accueille le nombre le plus important d’usines de traitement de déchets (365 unités d’incinération ; Allemagne : 154 ;

Italie : 164). Leur fonction est de réduire le caractère dangereux des déchets, d’en faciliter la manipulation ou d’en favoriser la valorisation. Le nombre d’éco-entreprises est estimé à plus de 8 000. Le marché national représente 20 % du marché européen. 650 000 personnes sont employées par ces entreprises. La France se caractérise par la présence de grandes entreprises qui sont des leaders mondiaux et de PME très dynamiques.
L’Île-de-France, du fait de la présence de grands groupes éco-industriels, réalise la moitié du chiffre d’affaires national pour environ 50 000 emplois, ce qui traduit le poids important de la région dans le développement des entreprises de la filière.

Département de l’Île-de-France, région qui réalise la moitié du chiffre d’affaires national de la filière des éco-activités, le Val d’Oise rassemble déjà près de 300 entreprises de ce secteur en plein essor.

 

«Afin d’accompagner ce secteur d’activité en plein essor (avec une croissance moyenne entre 5 et 10% par an, et même 10 à 12 % dans le domaine des déchets ou 30 à 40% % dans les nouvelles technologies énergétiques), des actions nationales, régionales et départementales seront menées sur tout le territoire avec l’ambition de structurer cette filière ».
La direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi d’Île-de-France..


media49441

carre (suite de la page 1)
D’ores et déjà, l’Île-de-France et, en son sein, le Val d’Oise, disposent de nombreux atouts pour le développement des éco-industries :
l’origine historique de nombreuses technologies environnementales mises au point et développées dans la région ;
un tissu dense de PME qui innovent sur des niches technologiques spécifiques ;
des pôles importants de R&D tant publics que privés ;
la présence de groupes leaders sur les

secteurs traditionnels de l’environnement ;
une diversité des métiers de conseil, d’ingénierie et de services.
Le Val d’Oise accueille ainsi pas loin de 300 entreprises liées aux techniques de l’environnement et réparties selon différents domaines. En effet, si tous les secteurs des éco-activités (déchets, eau, air, bruits, sols,
énergies) sont présents dans le Val d’Oise, ils n’ont pas tous le même poids. Ainsi, en nombre d’entreprises, le secteur des déchets se classe en tête avec 48 % des

établissements, suivi par l’eau pour 29 % et contre seulement 4 % pour le secteur du bruit. Enfin, environ 40 % ont une activité commerciale, 35 % une activité industrielle et 25 % une activité de services. Parmi les fleurons historiques, Véolia Environnement a implanté son centre de formation depuis 1994 et y reçoit 14 000 stagiaires (dont 6 500 sur le Campus) et plus de 10 000 visiteurs par an.

Le CEEVO (Comité d’Expansion Économique du Val d’Oise) assure la promotion des filières d’excellence pour le territoire. Il accompagne les réseaux d’entreprises performantes impliquées dans ces secteurs d’activités et soutient, à travers le plan stratégique départemental de développement durable de l’économie et de l’emploi du Conseil départemental du Val d'Oise (2009-2019), les projets fédérateurs qui mobilisent les acteurs économiques et institutionnels du département.


QUELQUES ENTREPRISES
DE RÉFÉRENCE EN VAL D’OISE

ACTIBIO (Produits de traitements et filtres biologiques) - Montmagny
ASHLAND France (Traitement de l’eau) - Bezons
CANADA CLIM (Solution de chauffage et de climatisation à faible consommation d’énergie) - L’isle Adam
CGECP (Tri, incinération et compostage des déchets) - Saint-Ouen-L’aumone
COVED (Collecte et traitement de déchets)- Argenteuil
FASEO (Énergies renouvelables) - Argenteuil
HYTEC INDUSTRIE (Réalisation d’unités de traitement des effluents industriels liquides) - Saint-Ouen-L’aumone
IDEX ÉNERGIES (Génie climatique) - L’isle Adam
SIDAC (Matériel pour le traitement des déchets) - Ennery
SILEX INTERNATIONAL (Fabrication et commercialisation de matériel d’hydrométrie, de dépollution des nappes phréatiques et de pompage) - Ennery
ULTRAFILTER (Matériel pour le traitement de l’air) - Vigny
VÉOLIA PROPRETÉ IDF (Réception en centre de tri et de valorisation de déchets industriels) - Goussainville
WATERLEAU France (Dépollution atmosphérique) - Cergy

Éco-industries - éco-activités : comment s’y retrouver ?

carre Selon la définition admise au sein de l’OCDE, les éco-industries sont “ les activités qui produisent des biens et services capables de mesurer, de prévenir, de limiter ou de corriger les impacts environnementaux tels que la pollution de l’eau, de l’air, du sol, ainsi que les problèmes liés aux déchets, au bruit et aux écosystèmes ”. Ces éco-activités peuvent être exercées par les administrations publiques telles que les communes ou les syndicats intercommunaux ou par des entreprises privées qu’on peut alors qualifier d’“écoentreprises”. Les éco-entreprises françaises connaissent un développement rapide : globalement, leur croissance s’avère supérieure à l’évolution économique nationale, leurs produits ou savoirfaire s’exportent bien et leurs perspectives sont tout à fait encourageantes. La prise de conscience de la précarité de notre mode de développement pousse les pays à adopter des politiques environnementales de plus en plus contraignantes, politiques qui se traduisent inévitablement en nouveaux marchés pour les éco-entreprises. En outre, la définition OCDE/Eurostat précise que les éco-activités “ incluent les technologies propres et les produits et services qui réduisent les risques environnementaux et minimisent la pollution et l’utilisation des ressources ”. La fabrication des équipements ou produits “ propres ” ou “ économes ” (en énergie, en matières premières) a été exclue. En revanche, quand elle a été identifiable, toute l’activité de recherche et développement et d’ingénierie préalable à la mise sur le marché de ces produits et services “ plus propres ” ou “ plus économes ” a été classée comme une écoactivité. Ont ensuite été comprises dans le champ écoactivités toutes les entreprises dont l’activité est indirectement liée à celle des

premières : les fabrications industrielles à usage environnemental exclusif et les activités de BTP requérant une technicité spécifique. À la différence des activités “ curatives ” (collecte et traitement en bout de chaîne des effluents polluants, élimination des déchets ; dépollution après coup de sites et sols contaminés) qui constituent à ce jour l’essentiel des activités éco-industrielles, les activités “ préventives ” visent à introduire des modifications dans la conception et le fonctionnement même des systèmes de production et des agglomérations urbaines.

 

LE RÉSEAU DES éCO-INDUSTRIES

carre Le réseau des éco-industries Yvelines /Vald’Oise a vu le jour à l’initiative de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Versailles Val d’Oise / Yvelines dès septembre 2004. Composé d’entreprises leaders dans leur domaine, il a pour objectif de concentrer l’ensemble des savoir-faire et compétences en matière d’environnement dans les domaines suivants :
la collecte, le traitement et la valorisation des déchets, la production d’eau industrielle / le traitement des eaux usées, le traitement des rejets gazeux, la réduction du bruit et des vibrations (équipements), la dépollution des sols et la réhabilitation des sites, les équipements pour la production d’énergies renouvelables, l’analyse et la mesure des rejets et des émissions, le conseil et les études en environnement et développement durable, la construction HQE. L’objectif de ce réseau est de renforcer la compétitivité individuelle et collective de ses membres en favorisant le dialogue avec les acteurs du territoire.


Recherche et enseignement supérieur :

LAMBE : Analyse et Modélisation pour la Biologie et l’Environnement - Université de Cergy-Pontoise - Site de Saint Martin
ERRMECe : Équipe de recherche sur les relations matrice extracellulaire-cellules - Université de Cergy-Pontoise - Site de Saint Martin 2
L2MGC : Laboratoire de mécanique et matériaux du génie civil - Université de Cergy-Pontoise - Site de Neuville
LPPI : Laboratoire de physico-chimie des polymères et des interfaces - Université de Cergy-Pontoise - Site de Neuville
GEC : Laboratoire géosciences et environnement Cergy - Université de Cergy-Pontoise - Site de Neuville

SATIE : Systèmes et applications des technologies de l’information et de l’énergie - Université de Cergy-Pontoise - Site de Neuville
SOSCO : Synthèse organique sélective et chimie organométallique - Université de Cergy-Pontoise - Site de Neuville
MRTE : Mobilités, réseaux, territoires et environnement - Université de Cergy-Pontoise - Site des Chênes 2


FORMATIONS :

L’ESSEC propose un master spécialisé en Management Urbain, Environnement et Services.
L’EISTI dispense un master spécialisé en gestion des Risques des Territoires.
l’ITIN propose de nombreux masters d’ingénierie de réseau et de communication.
L’ISTOM forme des ingénieurs Agro-Développement International.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

CERGY-PONTOISE UN MASTER BÂTIMENT INTELLIGENT À L’UNIVERSITÉ

Dès L’université de Cergy-Pontoise propose un master professionnel à la croisée du génie civil, du génie électrique et de l’informatique industrielle. Dans ce cadre, les étudiants réalisent des projets techniques d’application (100 h) et doivent effectuer au minimum 26 semaines de stage sur deux ans. Inscriptions et renseignements,


Tél. : 01.34.25.69.40.
E-mail : norma
ancelm@u-cergy-fr
ouCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser."> Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
(tél. 01.34.25.69.00).


 

 

 

Le Val d’Oise acteur du développement durable avec Véolia Environnement


Filiale de Véolia Environnement, seul groupe mondial à rassembler sous une marque unique les services des secteurs de l’eau, l’énergie, le transport et la propreté avec plus de 330 000 collaborateurs dans 72 pays, Véolia Propreté Île-de-France propose une solution globale et respectueuse de l’environnement pour tous types de déchets, de la collecte à leur valorisation par tri, compostage, incinération et stockage. L’Agence Régionale de Goussainville, implantée dans le Val d’Oise, gère, entre autre les Installations de Stockage de Déchets Non Dangereux de Veolia Propreté Île-de-France, dernier maillon indispensable de la chaîne de traitement des déchets sur le site multiactivité de Plessis-Gassot Bouqueval. Ce site, qui regroupe une centaine de salariés, est à la pointe de la technologie en matière de valorisation et de préservation de l’environnement. Il permet un contrôle des déchets dès leur arrivée : provenance,

nom du client, du transporteur, type de déchet, contrôle de radioactivité Tout est enregistré pour optimiser leur traçabilité. Le pré-tri des déchets valorisables (carton, plastique, acier, bois ) s’effectue sous contrôle visuel. Le reste est enfoui dans des alvéoles spécifiques (pour protéger la nappe phréatique) munies d’un système de drains qui collecte le biogaz produit par la fermentation des déchets. Ce biogaz est ensuite dirigé vers une unité de valorisation et transformé en électricité. Les eaux pluviales ayant traversé les déchets sont également traitées et purifiées avant leur rejet en milieu naturel. D’autres implantations gérées par Veolia Propreté Île-de-France sont présentes sur le département : des centres de traitement ainsi que des agences de collecte, à Vigny, Saint-Ouen-l’Aumône, Sarcelles et un centre de traitement des Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques (D3E) à Gonesse. Depuis 1994, le Val d’Oise abrite aussi le Campus Véolia Environnement, à la fois Centre de formation continue, Institut de l’Environnement Urbain et locaux de la Direction de la formation du groupe.

 

Le campus Véolia  Environnement en chiffres ------------------------------------------


Installé sur le domaine du château d’Écancourt, Jouy-Le-Moutier, le Campus Véolia Environnement s’étend sur 22 000 m2. Il accueille 610 apprentis, 14 000 stagiaires (dont 6 500 sur le Campus) et plus de 10 000 visiteurs par an. Eau, propreté, transport, énergie, il propose 16 diplômes professionnels, allant du CAP au Master, dans le cadre de la formation initiale et dispense 450 000 heures/stagiaires dans le cadre de la formation continue aux collaborateurs du groupe.


media49495

HYTEC INDUSTRIE : leader dans le domaine de l’anti-pollution


Installée depuis 22 ans dans le Val d’Oise, Hytec Industrie est une société d’ingénierie spécialisée dans la conception, la réalisation et la maintenance d’installations de traitement et recyclage d’effluents industriels. Avec un effectif de 40 personnes, l’entreprise dispose d’implantations commerciales à Cergy-Pontoise (siège social), Lyon et Poitiers. Elle intervient dans tout le cycle de gestion de l’eau en milieu industriel : conditionnement d’eau brute avant utilisation : filtration, échange d’ions, osmose inverse ; réduction des consommations et recyclage : échange d’ions, séparation membranaire, évapoconcentration ; épuration des eaux résiduaires avant rejet, par procédés physico-chimiques ou biologiques. L’entreprise a déjà mis en oeuvre plus de 500 installations, dont une trentaine à l’international, avec comme principaux secteurs d’intervention : mécanique et traitement de surfaces, chimie, industrie du verre, cartonnerie, blanchisserie, agroalimentaire, traitement de déchets et dépollution de nappes. Hytec Industrie a d’autre part organisé son activité services pour répondre aux besoins croissants en matière de maintenance et d’exploitation déléguée. Au-delà de très nombreuses PME, l’entreprise compte parmi ses références : Alcatel, Arcelor, Areva, Bic, B.R.G.M., E.A.D.S., Faurecia, 

Monnaie de Paris, P.S.A., R.A.T.P., Renault, Saint-Gobain, Socar Smurfit, S.N.C.F., Total... Et parmi ses clients valdoisiens : Air France Industries à Roissy, Dassault Aviation et André Richard à Argenteuil, Blanchisserie Inter- Hospitalière à Gonesse, Atotech, Elis Localinge et Lisi Automotive à Saint-Ouen-l’Aumône. En 2009, Hytec Industrie s’est vue accorder la certification ISO 14001, confortant ainsi sa démarche en matière de développement durable.


www.hytec-industrie.com

 


 

 

 

 

 

Ashland Industries France SAS : traiter l’eau sans maltraiter l’environnement


Créée en 1924, Ashland Water Technologies compte parmi les cinq premières sociétés mondiales de produits et additifs chimiques destinés aux traitements des eaux dans le respect de l’environnement. Le siège social de sa filière française, Ashland Industries France SAS, est implanté à Alizay (Eure), tandis que ses services administratifs et commerciaux (une centaine de collaborateurs) sont installés, depuis 1991, dans le Val d’Oise, à Bezons. Totalement engagée dans la protection de l’environnement, Ashland crée et formule ses propres produits en privilégiant les matières premières et les technologies impactant le moins possible la santé, la sécurité et l’environnement. Axée sur le traitement des eaux, Ashland a développé, au cours de ces 15 dernières années, des gammes de produits et d’équipements basées sur des matières premières renouvelables, avec un impact limité, voir nul sur l’environnement. Parmi les technologies révolutionnaires, la gamme Enviroplus® inhibiteurs de corrosion (*) et le Sonoxide® système de traitement de l’eau par ultrasons (**). Ashland est ainsi le fournisseur leader de certains secteurs d’activités : le secteur minier, les industries chimiques (adhésifs, revêtements industriels, encres et pigments), mécaniques et de transformations (automobiles, produits pharmaceutiques, textiles) et enfin les stations municipales de traitement des eaux. Les demandes émanant du tertiaire (bureaux, écoles,

hôpitaux...) et de l’agro-alimentaire (boissons, conserveries, produits laitiers) connaissent une très forte croissance. Une vingtaine de ses clients est implantée dans le Val d’Oise. Ashland est également premier producteur mondial de produits chimiques impactant la santé le moins possible, entrant dans la fabrication du papier.

www.ashland.com



(*) inhibiteurs de corrosion et dispersants dont un biodispersant basé sur une molécule présente dans la peau d’orange !
(**) système de traitement de l’eau biocide non chimique, reposant sur l’utilisation combinée d’ultrasons et de bulles d’air.

 

 

Sécurité-sûreté et maîtrise des risques en Val d’Oise

     ceevo fiche gsi FR HD Page 1
Val d'Oise, territoire de confiance

haut gauche b2   haut droit b2

GSI (Global Security Initiatives)


Le Comité d’Expansion Economique (CEEVO) et l’Association Pays de Roissy-CDG ont créé, en 2014, un think tank « GSI » (Global Security Initiatives) qui prône une meilleure gouvernance entre les responsables publics et privés, civils et militaires. L’objectif : miser sur l’anticipation et pas seulement sur la mise en conformité des dispositifs concernant la sécurité des entreprises, des administrations et des collectivités, afin de prévenir les crises et d’installer les capacités de résilience à tous les échelons du territoire.

bas gauche b2   bas droit b2

haut gauche b   haut droit b

GSI EVENTS


Le CEEVO valorise la filière sécuritésûreté et maîtrise des risques à travers ses études, outils d’information, bases de données qu’il met à disposition des entreprises et acteurs académiques de cette filière mais aussi en soutenant des réseaux et en organisant des actions et manifestations à travers le think tank GSI.
gsi-event.com

bas gauche b   bas droit b
Zoom sur une filière

Le marché de la sécurité-sûreté et maîtrise des risques subit des transformations profondes et est en forte croissance. Depuis les attentats terroristes dans le monde entier et le piratage de Sony ou de la chaîne de TV 5 Monde, ce marché revêt une autre dimension. Il est soumis à la rapidité des évolutions technologiques qui bouleversent le développement des entreprises et des administrations face aux effets de la mondialisation.

L’augmentation de la cybercriminalité industrielle, comme celle du cyberterrorisme, est marquée par une hausse des attaques en France. Les secteurs les plus touchés ne sont pas ceux de la banque et de l’assurance mais de l’industrie. Pharmacie, armement, chimie et énergie en sont les principales cibles avec la presse et l’édition. Les attaques ont un impact de plus en plus important en termes de pertes financières, de clients, débauchages de collaborateurs et surtout de déficit d’image.

Les effets du piratage des données de Sony ont ainsi atteint l’ensemble des services de l’entreprise.

Administrations et entreprises sont confrontées à des risques non identifiés dus à l’accroissement des données (big data, cloud computing, mobilité...), à la multiplication des interconnections (Internet des objets) et à la sophistication de menaces imprévisibles, asymétriques et polymorphes, notamment dans le cyberespace. Les nouveaux usages (voiture connectée, réseaux intelligents et réseaux sociaux, usine du futur 4.0, hôpital numérique, e-santé, smart cities,...) permettent l’écriture de scénarios catastrophes exploitant de nombreuses failles, avec des impacts sur le tissu industriel mais aussi sur les citoyens.

Toutes les composantes de la filière sécurité-sûreté et gestion des risques sont représentées dans le Val d’Oise.
 


gsi suite 01

Le département abrite les plus importants opérateurs mondiaux de la filière, comme et Autoliv Electronic, sécurité automobile, Morpho, expert mondial de la biométrie, Thales et sa branche simulation et trois autres grands de la sécurité des données : Atos, leader international des services numériques, Sophos, leader mondial de sécurité informatique et EMC2, spécialiste mondial de la gestion de données. Mais aussi Airbus Helicopters, construction aéronautique, Brinks, sécurité bancaire, 3M, technologies diversifiées, UTC Fire & Security Services, sécurité incendie, Sagem Défense Sécurité, technologies inertielles et optroniques.

Plus 500 PME-PMI dont une partie spécialisée dans la sécurité aéroportuaire et une autre oeuvrant dans la sécurité des biens et des personnes (vidéosurveillance, vigiles, etc.) autour de la plateforme aéroportuaire de Paris Roissy-CDG.
Le Val d’Oise dispose aussi d’un maillage de laboratoires publics et privés à la pointe de la recherche dans les multiples domaines de cette filière (ESSEC, EISTI, EPMI...).

Et c’est à Pontoise que s’est installé le nouveau Pôle Judiciaire de la Gendarmerie Nationale (PJGN) qui regroupe l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN), le Service central de renseignement criminel (SCRC) et le Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N). La démarche GSI « Initiatives pour une Sécurité globale » engagée par le CEEVO (Comité d’Expansion Économique du Val d’Oise) et l’Association du Pays de Roissy-CDG comporte trois axes :
1. Protection des utilisateurs : définir les besoins en matière de « sécurité globale » pour accompagner la révolution numérique qui modifie modes de vie et organisations.
2. Compétitivité économique : renforcer la filière nationale sécurité-sûreté et maîtrise des risques et concevoir les réponses technologiques et de services adaptés aux enjeux de sécurité.
3. Attractivité du territoire : développer des expérimentations locales. Le défi à venir est d’associer responsables et gestionnaires des collectivités territoriales pour proposer une approche baptisée « territoires de confiance » pour les investisseurs à la recherche d’un environnement sécurisé adaptées à leur croissance.

Le Val d’Oise est un « terrain d’expérimentation privilégié », tirant sa légitimité de la présence d’infrastructures critiques comme Roissy-CDG et de sa place au carrefour du Grand Paris.

 

Il peut mobiliser les dix plus importants opérateurs mondiaux de la sécurité-sûreté et maîtrise des risques et leurs laboratoires de recherche présents sur son territoire et bénéficie des retours d’expériences du secteur de l’aérien. L’objectif de la démarche GSI en Val d’Oise est de développer de nouvelles réponses technologiques et de services. Cette approche irrigue transversalement plusieurs des plans de la Nouvelle France Industrielle (réseaux intelligents, hôpital numérique, cybersécurité, objets connectés, services sans contact...). 

  

Les réseaux

haut gauche b   haut droit b

COMUE
Université Paris Seine


La COMUE Université Paris Seine qui regroupe l’Université de Cergy-Pontoise et 12 autres établissements a retenu la sécurité comme projet d’excellence international..
www.universiteparisseine.fr

bas gauche b   bas droit b


> Université de Cergy-Pontoise (UCP)
ERRMECe : Équipe de recherche sur les relations matrice extracellulaire-cellules
• Matrice extracellulaire, comportement cellulaire et physiopathologie
• Biofilm et Comportement Microbien aux Interfaces
L2MGC : Laboratoire de mécanique et matériaux du génie civil
• Comportement mécanique et thermique des matériaux et structures du génie civil ETIS : Équipes Traitement de l’Information et Systèmes
• Indexation de données multimédia et intégration de données
- Communications numériques
- Neurocybernétique
- Systèmes sur puce reconfigurables
SATIE : Systèmes et Applications des Technologies de l’Information et de l’Énergie
• Sécurité informatique : turbocodes
• Sécurité aéronautique : fiabilité des systèmes embarqués
THEMA : Théorie Économique, Modélisation et Applications
• Risque et finance
MRTE : Mobilité, Réseaux, Territoires et Environnement
- Sécurité des biens et des personnes : cas des inondations
- Risques et nuisances environnementales
LPTM : Laboratoire de physique théorique et modélisation
• Nanophysique, Matière condensée, Systèmes complexes
• Systèmes intégrables
• Modélisation stochastique des grands systèmes
CESDIP : Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales

Elle a aussi pour enjeu de dynamiser et mutualiser le réseaude PME-PMI et d’avoir valeur d’exemple, à l’échelle nationale et internationale.

gsi suite 02

 



LEJEP
: Laboratoire d’Études Juridiques et Politiques
• CERSC : Centre d’Étude et de Recherche en Sciences Criminelles
Plateformes Technologiques
• Cosmétomique : Mesure objective en cosmétique
• Analyse & Miscroscopie : Matériaux et procédés innovants
• LaserInnov : Caractérisation, conservation et restauration
• Analyse et microscopie : Matériaux et Procédés innovants.

> École de Biologie Industrielle (EBI)
• Sécurité biologique : formulation, biocides, durée de vie, challenge test, PAO
• Sécurité automobile : qualité sensorielle perçue
• Sécurité alimentaire : formulation, biocides naturels, durée de vie
• Sécurité environnementale : bio-dépollution
• Sécurité médicale : thérapie génique, validation de procédés pharmaceutiques, systèmes qualité sécurité environnement

>Laboratoire Quartz (EISTI-ENSEA-Supmeca)
• Systèmes complexes, systèmes mécatroniques,
• Cyber Physical Systems (CPS), Internet of Things (IoT), web sémantique
• Modèles multi-physiques réduits et compacts,
• Sûreté de fonctionnement et reconfiguration dynamique des systèmes,
• Matériaux intelligents.

> École d’ingénieur en Agro-Développement International (ISTOM)
- Stratégie d’acteurs du Sud face à des chocs climatiques, sociaux ou économiques
- Diagnostic de procédés innovants, évaluation de leurs impacts
- Evaluation des dispositifs d’accompagnement.

> ECAM EPMI : LR2E : Laboratoire de Recherche en Éco-innovation Industrielle et Énergétique
• Énergétique et Ville du Futur
• Production et Logistique Verte
• Mécatronique et Systèmes Embarqués

 

Les entreprises de référence

3M France - Technologies diversifiées
ATOS - Services numériques
AUTOLIV ELECTRONICS - Sécurité automobile
NCS PYROTECHNIE ET TECHNOLOGIES - Sécurité automobile
BRINK’S France - Sécurité bancaire
BUREAU VERITAS - Réglementations
EMC2 - Gestion de données
FORCLUM ÉNERGIE SERVICES - Ouvrages électriques aériens
ICTS - Sécurité aéroportuaire
LABORATOIRE CERBA - Sécurité médicale
MORPHO - Biométrie
MSP - Assistance Mondiale Sécurité
NEDAP - Protection contre le vol
NEO SECURITY - Contrôle biologique
PSID - Sécurité incendie
SAFRAN - Identité biométrique
SAGEM - Technologies inertielles et optroniques
SECURITAS France - Surveillance et sécurité
SILLIKER-MÉRIEUX NUTRISCIENCES - Contrôles alimentaires
STERIGENE - Ingénierie de procédés stériles
SOPHOS - Sécurité informatique
THALES - Simulation
UTC Fire & Security Services - Sécurité incendie

icone pdf ppt

Téléchargez le PowerPoint de présentation au format .pdf

La filière Caoutchouc et Polymères en Val d'Oise

media48778

media48755

Riches d’une concentration d’entreprises et de laboratoires de recherche spécialisés dans la mobilité embarquée et les software mobiles, le Val d’Oise et son agglomération préfecture, Cergy-Pontoise, accueillent un cluster télécom unique en Europe, siège de la Mobile Alley et développent des plates-formes technologiques dans le cadre du Centre de l’Intelligence Embarquée.

La transformation du caoutchouc et des polymères
carre La France est le deuxième producteur européen de pneumatiques et de pièces techniques en caoutchouc derrière l’Allemagne et devant l’Espagne et l’Italie. Le Val d’Oise s’est particulièrement impliqué dans l’évolution de cette filière. Les grands donneurs d’ordre et les PME sous-traitantes implantées dans le département couvrent en effet plusieurs domaines de la filière Caoutchouc et Polymères, dont celui de la transformation qui inclut les pneumatiques et le caoutchouc industriel et regroupe des produits finis destinés aux entreprises (tuyaux, joints, courroies) ou aux particuliers (gants, bottes, tétines). Le système comprend également les fournisseurs, producteurs de matières premières, fabricants de moules ou encore des entreprises positionnées sur le marché de la valorisation des déchets.

Parmi les entreprises de renom installées dans le Val d’Oise, citons Hutchinson à Persan, Le Joint Français (filiale du groupe Hutchinson) à Bezons ou 3M France à Cergy. Notons aussi la présence d’Axson, Electra Unic Industrie, Lisi Automotive Rapid, Cooper Standard Automotive France, Stelmi ou Griffine Enduction au sein du département. Toutes ces entreprises implantées dans le Val d’Oise agissent à la fois sur la commercialisation, la production mais aussi au niveau de la R&D et la fabrication de produits novateurs.
L’Université de Cergy Pontoise s’inscrit parfaitement dans cette dynamique et propose déjà de nombreuses formations liées à la filière aux côtés de grandes écoles telles que l’EBI (École de Biologie Industrielle). Elles agissent en véritables partenaires auprès des entreprises valdoisiennes du secteur, concentrées sur l’attaque de nouveaux marchés et le développement de nouveaux produits.

 

 media48773

«Nos clients nous ont transféré leur développement technologique. Ils nous soumettent leur problème et on leur trouve la solution. C’est devenu ça, notre métier».
François Souchet, directeur général de la Division “Mastics, adhésifs et profilés” d’Hutchinson.


media48810

carre (suite de la page 1)
Cette R&D est renforcée par la présence du pôle de compétitivité Elastopôle, dont le périmètre d’action englobe le département du Val d’Oise et dont l’objectif est de dynamiser la filière par la mise en place

d’une plate-forme de partage de connaissances et de moyens.
Fort de cet enjeu économique, le CEEVO (Comité d’Expansion Économique du Val d’Oise) a réalisé une étude dont l’objectif est d’évaluer la situation et les perspectives de

développement de la filière Caoutchouc et Polymères dans le département afin d’optimiser ses conditions d’accompagnement et de structuration.

media48798

media48804

Le Comité d’Expansion Économique du Val d’Oise (CEEVO) assure la promotion de plusieurs filières d’excellence stratégiques pour le Val d’Oise.
Il accompagne les réseaux d’entreprises performantes impliquées dans ces secteurs d’activité et inscrites, pour la plupart, dans la dynamique des pôles de 
compétitivité.

media48773


QUELQUES ENTREPRISES
DE RÉFÉRENCE EN VAL D’OISE

3M France - produits abrasifs, Cergy
CHEVALIER Caoutchouc - transformation du caoutchouc, Argenteuil
CLERET Caoutchouc - pièces techniques, Argenteuil COOPER STANDARD AUTOMOTIVE - équipementier automobile, Argenteuil
HUTCHINSON - pièces caoutchouc, Persan
LE JOINT FRANÇAIS - isolants et vitrages pour transports, revêtements et encapsulants pour l’aéronautique, Bezons
LE CAOUTAOUTCHOUC d’ARGENTEUIL - pièces de caoutchouc, Argenteuil
SEMPERTRANS France - bandes transporteuses en caoutchouc, Argenteuil
SILCOMP - commerce de gros, Argenteuil
TERCAP - transformation du caoutchouc, Seraincourt
RACLOT INDUSTRIES - Brignancourt
VELO X - commerce de gros, Argenteuil
ELECTRA UNIC INDUSTRIE - pièces caoutchouc, Pontoise
SAUER France - rouleaux pour l’imprimerie, Goussainville

Le Réseau Mesure Val d’Oise (RMVO)
carre Le RMVO, labellisé Système Productif Local par la DIACT (Délégation à l’Aménagement et à la Compétitivité du Territoire), a pour principal objectif le développement des entreprises du secteur de la mesure et de l’instrumentation dans tous les domaines, implantées dans le Val d’Oise. Les actions engagées par ce réseau visent à : mener une veille stratégique, bénéficiant à l’ensemble des entreprises du secteur concernées par la fabrication d’instruments de mesure et de contrôles scientifiques et techniques ; organiser des actions collectives, notamment dans la métrologie pour la représentation sur des salons d’affaires en France et à l’étranger ; comme, par exemple, la présence sur le salon “ Mesure Expo ” chaque année à Paris ; créer une collaboration avec l’enseignement supérieur, et notamment l’Université de Cergy-Pontoise qui propose déjà des formations relatives aux métiers de l’instrumentation et de la mesure (licence professionnelle) ; animer l’accès à un site Internet assurant la valorisation des entreprises adhérentes et la promotion du réseau.
www.rmvo.com

Rencontre annuelle chercheurs/entreprises
carre 
Dans le cadre des actions de rapprochement des établissements d’enseignement supérieur avec les PME-PMI du département, développées par le CESE 95, (Carrefour Enseignement Supérieur/Entreprises du Val d’Oise), le CEEVO s’implique fortement chaque année dans la Semaine de la Recherche et de l’Innovation en Val d’Oise.

Celle-ci propose pendant cinq jours, en avril-mai, sur le territoire du Val d’Oise, de nom-breuses manifestations : conférences, visites d’usines, d’entreprises et de laboratoires de recherche, rendez-vous d’affaires Gratuite et ouverte à tous, cette mani-festation donne l’occasion de découvrir certaines entreprises et laboratoires du territoire tels ceux de la filière caoutchouc et polymères, ainsi que certains projets des 8 pôles de compétitivité dans lesquels le Val d’Oise est impliqué tel le pôle Elastopôle.
www.sri-valdoise.fr

 

media48816

media48773

Recherche et enseignement supérieur : Les centres de formation Université de Cergy-Pontoise (UFR “ Sciences et Techniques ”) :

- Département biologie : licence professionnelle biotechnologies (spécialité production et diagnostique) ;
Master en biochimie des matériaux du vivant ;
Master matière organisée et systèmes vivants.
- Département chimie : licence professionnelle de formation industrielle ;
Master en chimie fine, polymères, analyse ;
Master contrôle et qualité ;
Master technique avancée en société de matériaux ; doctorat de chimie ; doctorat mécanique des fluides.

École de Biologie Industrielle(EBI) : diplôme d’ingénieur en biologie industrielle et Master of Business Engineering en Assurance Qualité et Validation Process.

ATOMER propose des prestations de formation continue pour les salariés dans le domaine de la chimie et des polymères.
Mail :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
"> atomer_technopole@
yahoo.fr

Tél: +33(0)1 39 84 15 87
ATOMER - 13 rue de la Coque - 95410 Groslay - France

Les laboratoires de recherche liés au domaine du Caoutchouc et des Polymères dans le Val d’Oise
L’Université de Cergy-Pontoise abrite 4

laboratoires dans la filière Caoutchouc et Polymères dans le Val d’Oise :
- LPPI (Laboratoire de Physico-Chimie des Polymères et Interfaces), spécialisé dans l’élaboration de matériaux à base de polymères conducteurs ou isolants.
- LPMS (Laboratoire de Physique des Matériaux et des Surfaces).
-ERRMECe (Équipe de Recherche sur les Relations Matrices Extracellulaires/Cellules).
- SOSCO (Synthèse Organique Sélective et Chimie Organo-métallique). Cette unité de recherche, mise en place par l’Université de Cergy-Pontoise, l’ESCOM et le CNRS,

est composée de trois équipes de chercheurs spécialisés en chimie organométallique appliquée de synthèse organique.

ELASTOPOLE ET DEFI PME CAOUTCHOUC

Dès janvier 2009, les organisations profession-nelles du secteur du caoutchouc ont décidé de se mobiliser dans le cadre de l’appel à projets “ Capital humain, gagner en compétences pour gagner en compétitivité ” lancé par le ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi.
Le projet est conduit par Elastopôle, en partenariat avec UCAPLAST (Union des syndicats des PME du Caoutchouc et de la Plasturgie) et le SNCP (Syndicat National du Caoutchouc et des Polymères). Sa vocation? Accompagner les PME du territoire national, et en particulier celles du Val d’Oise afin d’anticiper l’évolution de leurs activités d’investir en capital humain, de les aider dans leur problématique de départs en retraite et de recrutement, et de développer ainsi leur compétitivité par le biais de diagnostics des emplois et des compétences.

Partenaires de l’opération :

Elastopôle : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.elastopole.fr

SNCP : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.lecaoutchouc.com

UCAPLAST : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.ucaplast.fr


media48828

 Huit pôles de compétitivité intègrent le Val d’Oise, dont Elastopôle labellisé le 5 juillet 2007 par le Comité Interministériel d’Aménagement et de Compétitivité duTerritoire. Elastopôle regroupe des entreprises, des laboratoires et des organismes de formation du secteur Caoutchouc et Polymères implantés dans le Val d’Oise. Son objectif est de favoriser l’activité et l’emploi en dynamisant l’innovation technologique et en créant des synergies positives entre les acteurs de la filière.

 

LE PÔLE DE COMPÉTITIVITÉ Elastopôle

media48834Elastopôle regroupe déjà 70 adhérents, parmi lesquels des groupes internationaux leaders mondiaux dans le domaine du pneumatique et du caoutchouc industriel, un réseau de PME au savoir industriel reconnu et des laboratoires publics ou privés (plus de 3 500 chercheurs) installés, entre autres, dans le Val d’Oise mais aussi en régions Centre, Auvergne, Pays de Loire et Île-de-France. Ce pôle de compétitivité s’appuie sur de nombreux acteurs franciliens, dont le Centre Français du Caoutchouc et des Polymères qui regroupe le Syndicat National du Caoutchouc et des Polymères, le laboratoire de Recherche et de Contrôle du Caoutchouc et des Plastiques (LRCCP), l’Institut de Formation du Caoutchouc (IFOCA) et l’Université de Cergy-Pontoise. Sa finalité est d’enrichir l’offre produit/services des entreprises en renforçant leurs atouts concurrentiels par des pratiques nouvelles de R&D et d’industrialisation. Pour mener à bien cette mission, les projets de recherche du pôle sont construits autour de trois grandes thématiques auxquelles adhèrent les acteurs implantés dans le Val d’Oise : les métiers (matériaux, conception, process de fabrication et produits innovants), l’environnement et l’énergie, l’économie et le social. L’efficacité du pôle est basée sur la mise en place d’une synergie Industrie/Recherche/Formation déjà très opérationnelle dans le Val d’Oise, qui devrait permettre à Elastopôle d’être reconnu comme modèle de compétitivité internationale.

 media48773

«Le Val d’Oise est le département le plus représentatif de l’Île-de-France en ce qui concerne la transformation du caoutchouc».
Bruno Marostegan, directeur du pôle.


media48864

media48846

Hutchinson, un leader mondial doublement implanté dans le département

media48852Le groupe Hutchinson est le leader mondial du caoutchouc industriel avec 3,1 milliards d’E de CA en 2008, 27 500 collaborateurs dans 118 sites et 26 pays. Il se déploie sur tous les marchés porteurs dans les activités Automobile, Aérospace Industrie et Grand Public.
L’origine de l’implantation d’Hutchinson en France remonte à la création en 1853 de la marque Aigle qui fabriquait des bottines en caoutchouc à Montargis. Hutchinson fait aujourd’hui partie de la branche TOTAL Chimie. Dans le Val d’Oise, le groupe est présent à travers une filiale Hutchinson à Persan et à travers Le Joint Français à Bezons. Le Joint Français, spécialisé à l’origine dans la fabrication de joints toriques, filiale du groupe rachetée en 1987, rassemble 500 personnes à Bezons pour un CA de 130 M d’€. La Division “ Mastics, adhésifs et profilés ” développe trois familles de produits hautement technologiques et réalise :
- pour l’aéronautique : de nouveaux mastics qui renforcent l’étanchéité
des pièces d’avion utilisées sur tous les modèles de l’aviation civile d’Airbus, Boeing, Dassault, Embraer, EADS et de l’aviation militaire, et des produits

pour l’isolation phonique des cabines,
- pour l’automobile : des mastics pour le collage des pare-brises et pour le renforcement de la structure,
- pour la construction : des mastics pour le double vitrage et pour l’isolation incendie dans le bâtiment.
“ Le développement de ce type de produit devient de plus en plus pointu", commente François Souchet, Directeur général de la Division “ Mastics, adhésifs et profilés” et directeur des 4 usines du Joint Français (3 en France et une à Shanghai), car nous devons développer de nouveaux produits et applications correspondant aux besoins toujours croissants de nos clients.

media48858

media48870


media48876 

 

 

 

 

CHEVALIER et CLERET : DANS LE VAL d’OISE DEPUIS 90 ANS

media48852

Il faut remonter à 1925 pour trouver l’origine de l’ancienne PME valdoisienne Chevalier qui fabriquait des ceintures orthopédiques qu’elle livrait dans le monde entier ! Beaucoup plus tard, en 2001, Jean-Marc Oudot et ses associés prennent le contrôle de Chevalier, restée très performante sur le segment de l’injection et du moulage des silicones pour des petites pièces techniques d’étanchéité et d’amortissement (miniaturisation) travaillées et souvent très ouvragées.
Peu auparavant, Chevalier avait pris le contrôle de Cléret qui fabrique des petites pièces techniques bi-matière caoutchouc-métal. Les sociétés s’adressent aux marchés de l’automobile et de l’industrie.
Avec 65 collaborateurs à Argenteuil, dans le Val d’Oise, et une filiale de 14 personnes en Roumanie, Chevalier et Cléret qui réalisent un volume de ventes d’environ  8 millions d’€ annuel souhaitent consolider leurs positions et développent une stratégie orientée vers les nouveaux marchés de la technologie du moulage dans les secteurs du médical, de la pharmacie et de l’alimentaire ainsi que de la cosmétique.
Implantés dans le Val d’Oise depuis 90 ans, Chevalier et Cléret apprécient l’accessibilité routière du département vers Roissy et la Défense et la richesse de ses réseaux. Les deux PME mettent en oeuvre une politique

de développement durable en utilisant, entre autres, des silicones conditionnées prêtes à l’emploi qui évitent déchets et manipulations à risques dans ce secteur où la fabrication “ propre ” est de rigueur.

media48858www.chevalier-cleret.com

 

media48882

 

 

pdf icone

Lettre d'informations

Abonnez-vous à notre lettre économique mensuelle : des informations pratiques sur le Val d'Oise et ses entreprises.

Abonnement magazines

Pour recevoir gratuitement le magazine économique et/ou les cahiers technologiques. Accéder au formulaire.


Rester connecté au Ceevo :
    

Prochain Apéritif Contact

"PME-PMI : Comment développer la qualité de vie au travail pour booster ses équipes et son entreprise ?"

Conseil départemental du Val d’Oise - 2 avenue du Parc - Bâtiment F - 3ème étage - CERGY

Contacts

2, avenue du Parc - CS 20201 Cergy
95032 CERGY-PONTOISE cedex France
 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +33 (0) 1 34 25 32 42
  ++33 (0) 1 34 25 32 20

Tous les bureaux du Ceevo