Tourisme : "Val-d'Oise - Le tourisme, un secteur qui compte dans l'activité économique du Val-d'Oise" (Article Le Parisien)

collegialemontmorency
Source : Le Parisien

Une étude quantitative et qualitative confirme le poids économique de l'activité touristique dans le département. Et donne quelques pistes pour encore l'augmenter. En 2019, les prés de 40 millions de visiteurs y auraient dépensé 2,8 milliards d'euros et le secteur représenterait plus de 16 500 emplois.

On pouvait s’en douter, mais les chiffres confirment l’importance de ce secteur. Une étude inédite, dévoilée il y a peu, mesure les retombées économiques de l’activité touristique dans le Val-d’Oise. Et les données donnent le tournis.

L’enquête économique et marketing réalisée en 2019 montre que le tourisme dans le département représente 2,8 milliards d’euros de dépenses par an. Selon elle, trente-neuf millions de visiteurs profitent chaque année des atouts du département : 31 millions pour une durée d’une journée (que l’on qualifie d’excursionnistes), et 8 millions qui y passent au moins une nuit. Mais réalisant 54 % des dépenses totales !

Sans surprise, on retrouve en tête des sites les plus visités des monuments incontournables, impactés par l’épidémie de Covid-19, mais qui conservent leur place dans le classement. Avec notamment le château de La Roche-Guyon, site le plus visité du Val-d’Oise devant l’abbaye de Royaumont et le domaine de Villarceaux.
Majoritairement des Franciliens

« Le tourisme représente une part importante de notre économie », résume Marie-Christine Cavecchi, présidente (LR) du département. Il concerne 16 500 emplois, soit 5,3 % de ceux salariés du département. Autre donnée intéressante, les activités touristiques représentent seulement 14 % de ces postes. Les autres sont répartis dans 19 secteurs d’activité avec, notamment, la restauration et les transports.

« On peut mesurer pleinement le poids économique du tourisme dans le Val-d’Oise, glisse Julien Bachard, conseiller départemental (LR) et président de Val-d’Oise tourisme. Comme ça, naturellement, on ne penserait pas forcément à trois milliards d’euros. »

Au-delà des données chiffrées, des enquêteurs professionnels ont recueilli pas moins de 1 120 questionnaires dans 29 sites du département, de juin à octobre 2021. 70 % des excursionnistes sont des Franciliens (et 24 % des Val-d’Oisiens). Pour les visiteurs individuels (hors groupes), la principale motivation est, sans surprise, le patrimoine et les musées (63 %), devant les villes et villages (37 %) et les promenades nature (29 %).

« Il faut rajeunir l’offre, l’adapter à une stratégie durable »

L’étude permet également de donner des pistes pour améliorer encore l’attractivité du territoire. « Le Val-d’Oise compte beaucoup d’atouts naturels, patrimoniaux et des destinations qui font sens pour les visiteurs, explique Marie-Christine Cavecchi. Notre territoire est riche de ses variétés. S’il est un enseignement à tirer de la pandémie, c’est que la consommation touristique ne sera plus jamais la même. Il y a eu un avant et il va y avoir un après-Covid. Il faut rajeunir l’offre, l’adapter à une stratégie durable. C’est pourquoi le département s’est engagé dans une relecture de sa stratégie. On dit que le tourisme est la part de rêve de l’aménagement du territoire. Le tourisme, c’est une source d’ouverture aux autres. »

Le budget moyen d’un excursionniste est ainsi de 42 euros, contre 63 euros en moyenne par nuit pour un touriste... D’où l’intérêt de développer les hébergements. « La destination Vexin est plébiscitée, connue, mais ce n’est pas là où il y a de l’hébergement, développe Julien Bachard. C’est dommage. Beaucoup de gens viennent, mais ne passent pas la nuit. D’où la volonté, pour nous, de développer des gîtes. C’est là qu’on a besoin de nuitées. C’est un vrai enjeu. En plus, les petits gîtes et les logements individuels sont beaucoup plus demandés. C’est une opportunité. »

Le public est composé essentiellement de familles (38 %), de couples (37 %) ou d’amis (20 %). Fait important : 90 % d’entre eux viennent en voiture, 4 % en car, et 3 % en train. « Il y a un vrai potentiel, mais le frein, ce sont les transports en commun, précise Julien Bachard. Nous ne sommes pas le département le mieux desservi en Île-de-France. La voiture est largement majoritaire. Il y a des gares, mais on ne peut pas aller jusqu’au bout. La volonté, c’est de faire de l’intermodal. Pourquoi pas la location de vélos électriques à proximité des gares, par exemple ? »

www.leparisien.fr/val-d-oise-95/le-tourisme-un-secteur-qui-compte-dans-lactivite-economique-du-val-doise-25-07-2022

https://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/le-tourisme-un-secteur-qui-compte-dans-lactivite-economique-du-val-doise-25-07-2022-DXHOOSZVP5EF3JR4PLT5DCU55Q.php

Partagez cet article sur les réseaux sociaux >>

Accès au CNER Eurada Festival d'Auvers logo made in 95  Conseil Général du Val d'Oise Région Ile de France logo Paris Region   logo Paris CDG Alliance

Lettre d'informations

Abonnez-vous à notre lettre économique mensuelle : des informations pratiques sur le Val d'Oise et ses entreprises.

Abonnement magazines

Pour recevoir gratuitement le magazine économique et/ou les cahiers technologiques. Accéder au formulaire.


Rester connecté au Ceevo :
    

Prochain Apéritif Contact

"TPE-PME : Comment gagner en compétitivité et performance grâce à une démarche de Responsabilité Sociétale des entreprises ?"

Conseil départemental du Val d’Oise - 2 avenue du Parc - Bâtiment F - 3ème étage - CERGY

Contacts

2, avenue du Parc - CS 20201 Cergy
95032 CERGY-PONTOISE cedex France
 This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
 +33 (0) 1 34 25 32 42
  ++33 (0) 1 34 25 32 20

Tous les bureaux du Ceevo