Mobilité : "Un premier vol d'essai devant du public en France pour le taxi volant de Volocopter" (Article L'usine Digitale)

premiervoltaxivolantusinedigitale
L'Usine Digitale

Un VoloCity, un taxi volant pouvant accueillir deux personnes développé par la start-up allemande Volocopter, a réalisé un vol d'essai intégré dans le trafic aérien devant du public à l'aérodrome de Pontoise. L'occasion pour les acteurs travaillant au déploiement d'un service commercial de taxis volants pour Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris en 2024 de faire le point sur leurs avancées et présenter le premier vertiport.

Les expérimentations se poursuivent à l'aérodrome de Pontoise - Cormeilles-en-Vexin. Situé dans le Val-d'Oise, ce petit aérodrome accueille différents partenaires qui testent leurs technologies afin de proposer des vols pré-commerciaux en taxis volants à l'occasion des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris en 2024. "En deux ans, les partenaires sont passés d'un concept à une réalité tangible qui préfigure un nouveau service de mobilité", salue Sébastien Couturier, le directeur de l'aéroport du Bourget. Tests acoustiques, intégration du vol dans le trafic aérien, vertiport... les acteurs du projet ont fait le point sur leurs avancées jeudi 10 novembre 2022.

Evaluer l'impact visuel d'un tel service

Une campagne de tests acoustiques a été réalisée en mars suivie d'essais pour évaluer le lien entre la tour de contrôle et le VoloCity, l'aéronef électrique à décollage et atterrissage verticaux (eVTOL) développé par Volocopter, en septembre. "La certification de l'appareil est la dernière étape puisque pour l'instant le VoloCity n'a pas le droit de voler avec un passager, autre que le pilote autorisé, à son bord", glisse Edward Arkwright, directeur général exécutif du groupe ADP (Aéroports de Paris).

"Les résultats des tests acoustiques étaient au-delà des attentes puisque le VoloCity fait beaucoup moins de bruit qu'un hélicoptère" et a un niveau sonore inférieur à celui d'un bus traditionnel, selon Edward Arkwright. La campagne de tests menée pour mesurer le bruit perçu et le bruit réel évalue celui-ci entre 60 à 75 db (A) à l'atterrissage, au décollage et en vol. Mais au-delà de ces mesures du niveau sonore, Damien Cazé, le responsable de l'aviation civile, assure travailler actuellement sur l'impact visuel d'un tel service et l'acceptabilité sociale.

Les tests avec le contrôle aérien, ont mis en lumière leur importance. Les contrôleurs ont à leur charge un appareil qu'ils ne connaissent pas avec des caractéristiques et un fonctionnement différents des autres aéronefs. Par exemple, le VoloCity ne peut pas rester en vol stationnaire car il consomme trop d'énergie. Donc si son vol doit être mis en attente, il doit continuer à faire des tours dans le ciel. Il est donc nécessaire que les contrôleurs aériens comprennent comment réagit l'appareil pour prendre les meilleures décisions en toutes circonstances.

Un vol de quatre minutes

Cette matinée à l'aérodrome de Pontoise a ainsi pu mettre en pratique ces tests avec le contrôle aérien puisque le VoloCity a réalisé un vol intégré dans l'espace aérien. Durant le vol de démonstration, le VoloCity a volé à une cinquantaine de mètre d'altitude, pour qu'il soit facilement visible, pendant 4 minutes environ. Contrôlé par un pilote à bord l'appareil s'est dirigé vers l'aérodrome avant de revenir vers le lieu où il a décollé pour atterrir. Dirk Hoke, le CEO de Volocopter, assure que "la start-up avance beaucoup plus vite que ce que les gens pensaient".

Pour l'instant Volocopter a des certifications pour tester un VoloCity piloté et un VoloCity télépiloté. Deux autres appareils sont en cours de certification et suivent un programme qui a été ajusté pour les taxis volants (atterrissage en mode dégradé, perte de rotors, etc.). Le VoloCity est doté de 18 rotors alimentés par 9 batteries. En 2024 l'appareil devrait voler à 300 mètres d'altitude pendant 20 à 25 kilomètres. En 2026, Volocopter espère pouvoir également proposer son VoloRegion pouvant accueillir quatre personnes sur de plus longues distances.

Un enregistrement accéléré

"Les acteurs franchissent une étape importante avec la mise en place de l'écosystème complet : de la gestion de l'enregistrement des passagers au vol dans un espace aérien ouvert en passant par l'attente des passagers", affirme Jean-Christophe Drai, responsable commercial Volocopter pour la France. La start-up Skyports, soutenue depuis 2019 par ADP, a effectivement présenté son premier lieu d'accueil des passagers.

L'objectif est de proposer un système de franchissement des contrôles qui soit beaucoup plus rapide qu'à l'aéroport et tout aussi sécurisé sans qu'il ne soit nécessaire d'avoir son passeport. Il faut commencer par s'enregistrer grâce à un système de reconnaissance faciale et passer les contrôles. Puis, l'espace d'attente est assez minimaliste car le temps d'entente sera court et que peu de personnes devraient venir dans cet endroit. L'embarquement se fait également via un système de reconnaissance faciale. Concrètement tous les lieux accueillant des taxis volants devront avoir une zone pour accueillir les passagers, une zone pour l'eVTOL et une zone pour la maintenance.

Une dizaine d'appareils en circulation en 2024 ?

Les partenaires espèrent qu'une dizaine d'appareil soient en service sur deux ou trois lignes pour les JO de 2024. Une première reliant Issy-les-Moulineaux à Saint-Cyr, une seconde reliant les aéroports du Bourget et de Charles-de-Gaulle et une troisième qui pourrait rallonger la seconde ligne jusqu'à une barge qui serait positionnée sur le quai d'Austerlitz. Cette troisième ligne n'est pas encore assurée, mais elle permettrait de desservir rapidement le quartier ou se situe l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Des discussions seraient actuellement menées avec l'AP-HP pour identifier trois usages : le transport de greffe et de sang, le transport de personnel médical et le transport de patients avec le personnel médical.

Côté tarification, les partenaires ne changent pas et évoquent toujours un prix dont l'ordre de grandeur devrait être celui des VTC ou des mototaxis. "Sans doute qu'une tarification spécifique sera proposée en 2024", glisse Edward Arkwright. L'objectif étant de montrer de l'appareil, les usages possibles, et accueillir de premiers curieux. A terme, le prix dépendra de la stratégie commerciale et marketing qui sera mise en place.

www.usine-digitale.fr/article/un-premier-vol-d-essai-devant-du-public-en-france-pour-le-taxi-volant-de-volocopter.N2067022

Partagez cet article sur les réseaux sociaux >>

Accès au CNER Eurada Festival d'Auvers logo made in 95  Conseil Général du Val d'Oise Région Ile de France logo Paris Region   logo Paris CDG Alliance

Lettre d'informations

Abonnez-vous à notre lettre économique mensuelle : des informations pratiques sur le Val d'Oise et ses entreprises.

Abonnement magazines

Pour recevoir gratuitement le magazine économique et/ou les cahiers technologiques. Accéder au formulaire.


Rester connecté au Ceevo :
    

Prochain Apéritif Contact

"PME-PMI : Comment réaliser une étude de marché ?"

Conseil départemental du Val d’Oise - 2 avenue du Parc - Bâtiment F - 3ème étage - CERGY

Contacts

2, avenue du Parc - CS 20201 Cergy
95032 CERGY-PONTOISE cedex France
 This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
 +33 (0) 1 34 25 32 42
  ++33 (0) 1 34 25 32 20

Tous les bureaux du Ceevo