Podcast Ceevo95
Agrandir la police de caractère Réduire la police de caractère

Actualités économiques 4 

LE CFA DES MÉTIERS DE L’AÉRIEN : DE NOUVEAUX DIPLÔMES À LA RENTRÉE 2005 ET 2006




Présent dans les formations de la technique aéronautique, le CFA des Métiers de l’Aérien, dont l’un des centres est situé à Bonneuil-en-France (Val d’Oise) propose des formations par l’apprentissage, formules privilégiées dans la construction et la maintenance aéronautique, car les métiers sont pointus, très spécifiques et nécessitent des investissements pédagogiques et techniques importants (aéronefs, parcs machines, informatique).

Le CFA des métiers de l’Aérien, c’est à la fois un pôle aéronautique associant la volonté politique et les moyens des constructeurs et des compagnies aériennes, mais aussi un plateau technique particulièrement bien équipé en moyens pédagogiques de haute technologie (plus de 8.000 m² d’installation, des salles de cours équipées en informatique, une salle d’enseignement assistée par ordinateur, des laboratoires de langues, des ateliers et des hangars avions pour réaliser des travaux en situation réelle).

A l’heure actuelle, les entreprises de la construction et de la maintenance aéronautique ont besoin de personnels très qualifiés, répondant aux nouvelles réglementations européennes de l’Agence Européenne de Sécurité en Aviation (EASA). Depuis plusieurs années, ils embauchent des jeunes car ils doivent renouveler et rajeunir leurs effectifs techniques.

Les formations de la technique aéronautique sont destinées à des jeunes ayant des aptitudes manuelles, de la rigueur, de la méthode, le respect des procédures et des règles de sécurité.

Les formations dispensées dans ce domaine sont le BTS MEMA (Maintenance et Exploitation des Matériels Aéronautiques), qui a été ouvert en septembre 2004 suite à une demande formulée par Air France Industries qui souhaite faire évoluer certains de ses salariés techniciens vers des postes d’ingénierie technique. Certains élèves sont également salariés de Snecma Services. Tous ont un BAC PRO Aéronautique avec une mention complémentaire aéronautique.

Il s’agit également du BAC PROFESSIONNEL AERONAUTIQUE (Système Cellule, Système Avionique, Aérostructure).

Des nouveautés ont été mises en place à la rentrée de Septembre 2005 : le BAC PRO MSC adapté par le CFA des Métiers de l’Aérien à la maintenance-moteurs, avec le MSA Mécanicien Système Avionique, le MAS Mécanicien Système Aérostructure, et la Mention Complémentaire Maintenance Aéronautique, incluant 3 options : Avion-Moteur à turbines, Avionique, Hélicoptère.

Par ailleurs, des formations aux métiers de service sont également proposées par le CFA des Métiers de l’Aérien.

Dans le transport aérien, secteur devenu fortement concurrentiel, les fonctions de vente et de contact avec le client sont primordiales. Le CFA prépare aux métiers du commercial, de l’escale et du passage.

Les formations dans le domaine des services sont destinées à des jeunes ayant le goût des contacts, le sens du service client, une bonne maîtrise de l’anglais et d’une seconde langue étrangère.

Des nouveautés sont ainsi mises en place depuis la rentrée 2005 :

- La Mention Complémentaire TLB (Télébilleterie, Service Voyages)
- Le titre certifié de Technicien d’Accueil et de Vente des Services Touristiques
- La Mention Complémentaire ACC (accueil dans les transports)
- Le BTS NRC (Négociation et Relation client)
- La Mention Complémentaire SEOP (Sûreté des Espaces Ouverts au Public), qui sera ouverte en septembre 2006
- La Mention Complémentaire ACDV (Assistance, Conseil, Vente à Distance) qui sera également ouverte en Septembre 2006

Contact :
CFA DES MÉTIERS DE L’AÉRIEN
Bâtiment 385 – chemin de la piste,
95500 BONNEUIL-EN-FRANCE
Tél. : 01 64 47 74 33
Internet : www.cfadelaerien.fr



----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

SOIRÉES D’INFORMATION DE LA CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L’ARTISANAT DU VAL D’OISE : 1ER SEMESTRE 2006




La Chambre de Métiers et de l’Artisanat du Val d’Oise propose des soirées d’information gratuites, plusieurs fois par mois, à 18 heures 30.

Elles se déroulent une fois à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat (1, avenue du Parc à Cergy) et une fois à l’Institut des Métiers de l’Artisanat (43 avenue Pierre Sémard à Villiers-le-Bel).

Les thèmes proposés lors du premier semestre 2006 sont les suivants :

- « Le nouveau Régime Social des Indépendants »
Le lundi 30 janvier 2006 à Cergy.
Le jeudi 02 février 2006 à Villiers-le-Bel.

- « Les aspects réglementaires des achats sur/par Internet »
Le lundi 27 mars 2006 à Cergy.
Le lundi 03 avril 2006 à Villiers-le-Bel.

- « Le droit individuel à la formation »
Le jeudi 11 mai 2006 à Cergy.
Le lundi 15 mai 2006 à Villiers-le-Bel.

- « La prévention et le traitement des difficultés »
Le lundi 19 juin 2006 à Cergy.
Le lundi 26 juin 2006 à Villiers-le-Bel.

Contact :
Service économique
Tél. : 01 34 35 80 05
Email : eco@cma95.fr



----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

DIRIGEANTS COMMERCIAUX DE FRANCE (DCF) / CARREFOUR FRANCE SICHUAN : MISSIONS EN CHINE (SICHUAN, PÉKIN, SHANGHAI) DU 20 AU 30 MAI 2006




L’Association des Dirigeants Commerciaux de France (DCF) du Val d’Oise, sa fédération nationale et l’Association Carrefour France Sichuan organisent une mission économique à Shanghai, au Sichuan et à Pékin, du 20 au 30 mai 2006.

Cette mission est labellisée par UBIFRANCE.

5 journées de rendez-vous d’affaires seront organisées pendant cette mission, à Shanghai et Pékin, avec le support d’un agent DCF installé sur place. A Chengdu, au Sichuan la mission sera reçue pendant la foire internationale du Sichuan, par la Chambre de Commerce du Sichuan (CCPIT).

La préparation de la mission, la recherche en amont de partenaires, sur place la prise des rendez-vous personnalisés, les salles de conférences et l’organisation des forums, la disponibilité d’une interprète par entreprise sont totalement financés.

Contact :
Tél. : 06 08 26 08 28
Email : francesichuan.bd@wanadoo.fr



----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

UNE NOUVELLE CHAIRE À L’ESSEC (CERGY-PONTOISE) : LA CHAIRE FINANCIAL REPORTING ESSEC-KPMG




L’ESSEC annonce le lancement de la Chaire Financial Reporting en partenariat avec KPMG, 1er cabinet français d’audit et d’expertise comptable. L’objectif de cette Chaire est d’être un centre de référence dans le domaine de la recherche sur l’information financière, et plus particulièrement en matière de normes financières internationales IFRS. Peter Walton et Wolfgang Dick sont les deux professeurs de l’ESSEC co-titulaires de la Chaire.

L’année 2005 a marqué une nouvelle étape dans le domaine de l’information financière avec l’adoption des normes IFRS (International Financial Reporting Standards) pour les sociétés qui font publiquement appel à l’épargne au sein des pays de l’Union européenne. L’adoption des normes IFRS a engendré une refonte du système financier des entreprises concernées, et le passage à une approche « principles based ». De nombreuses questions continuent de se poser sur l’application homogène de ces principes comptables, qui ont pour vocation de fournir une information solide et comparable sur les entreprises. Dans ce contexte, l’ESSEC a décidé de créer, en partenariat avec KPMG, la Chaire Financial Reporting afin d’accompagner les acteurs de l’information financière (sociétés, auditeurs et analystes notamment) dans la compréhension de ce nouveau référentiel.

La Chaire ESSEC-KPMG a pour vocation d’être un centre d’expertise sur l’application des normes IFRS et la compréhension des nouveaux principes comptables. Pour cela, la Chaire se fixe un triple objectif :

- Créer un lieu d’échange et de discussion entre les normalisateurs et les entreprises

- Former des étudiants spécialistes de l’audit.
Dans le cadre de la Chaire Financial Reporting, une quinzaine d’étudiants de l’ESSEC seront sélectionnés et suivront un cursus de 2 ans, comprenant cours et séminaires, qu’ils pourront le cas échéant coupler avec les cours de préparation au DECF, déjà dispensés à l’ESSEC.
Au-delà de l’acquisition de techniques comptables, l’objectif est de sensibiliser les étudiants aux enjeux de l’information financière et de leur permettre de mieux comprendre l’environnement du reporting financier.

- Créer un centre de recherche sur les normes IFRS, qui interviendra à la fois en amont et en aval de l’application des normes.

Contacts :
ESSEC
Estelle Ardouin – Petit
Tél. : 01 34 43 28 47
Email : ardouin@essec.fr



----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LA SITUATION ET LES PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE LA FILIÈRE "SANTÉ ET BIOTECHNOLOGIES" DANS LE VAL D’OISE : UNE NOUVELLE ÉTUDE DU COMITÉ D’EXPANSION ÉCONOMIQUE DU VAL D’OISE (CEEVO)




Le Comité d’Expansion Économique du Val d’Oise (CEEVO), l’Agence de Développement Économique du Conseil Général, certifiée ISO 9001 pour l’ensemble de ses activités, vient de rendre publique une nouvelle étude sur le thème : « La situation et les perspectives de développement de la filière « santé et biotechnologies » dans le Val d’Oise ».

Après avoir présenté l’état de la filière des entreprises de la santé et des biotechnologies du Val d’Oise, dans le cadre du contexte de l’Ile-de-France, en analysant la place du département et l’évolution du nombre des établissements et des effectifs des entreprises de ces secteurs, l’étude dresse un portrait de la filière val d’oisienne de la santé et des biotechnologies.

Sur la base de l’analyse des réponses à une enquête spécifiquement réalisée par le Comité d’Expansion Économique du Val d’Oise (CEEVO), sont ainsi présentés la nature des entreprises, leurs besoins exprimés, leurs spécificités de développement, leur intérêt pour les réseaux et les actions collectives.

Enfin, l’étude présente les laboratoires de recherche intégrant la filière « santé / biotechnologies » présents en Val d’Oise, et leurs projets de développement ou de partenariats.

Contact :
Comité d’Expansion Économique du Val d’Oise (CEEVO)
2 avenue du Parc – Cergy
95032 CERGY-PONTOISE CEDEX
Tél. : 01 34 25 32 95
Fax : 01 34 25 32 20
Email : ceevo@ceevo95.fr
Internet : http://www.ceevo95.fr



----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

FONDS DE COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES : 40 MILLIONS D’EUROS DISPONIBLES EN 2006 POUR LE FINANCEMENT DE PROJETS PRÉSENTÉS PAR LES PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ




Dès 2005, 20 projets de recherche et développement ont été financés pour plus de 40 millions d’euros dans le cadre du Fonds de Compétitivité des Entreprises de la Direction Générale des Entreprises.

Ainsi, des projets ont déjà démarré dans plusieurs domaines clés :

- la santé, avec le développement de vaccins contre la grippe aviaire et l’hépatite C, la mise au point de nouveaux outils de chirurgie gastrique, et deux projets participant à la recherche contre le cancer ;
- les TIC avec le développement d’un système de télévision numérique pour terminaux mobiles ;
- ainsi que d’autres projets comme de nouveaux textiles techniques et fonctionnels, l’amélioration de la fiabilité des procédés d’injection de matières plastiques et la conception de nouveaux procédés chimiques respectueux de l’environnement.

Pour 2006, seront recueillis et sélectionnés, sur une base équitable et transparente, dans tous les secteurs industriels, des projets de Recherche et Développement (R&D) des pôles de compétitivité, ambitieux et porteurs de croissance et d‘emplois. Au moins 40 millions d’euros seront consacrés par la DGE à accompagner les projets ainsi sélectionnés en lien avec les collectivités territoriales.

Les projets devront être déposés avant le 15 Février 2006.

Les critères suivants seront notamment pris en compte pour leur sélection :

- Retombées en termes de création de valeur, d’activité économique et d’emplois ;
- Contenu technologique innovant ;
- Développement de nouveaux produits ou services pouvant être mis sur le marché à moyen terme ;
- Cohérence des projets avec la stratégie du pôle et des entreprises concernées.

En outre, les projets devront être approuvés par les pôles de compétitivité auxquels ils se rattachent.

Les premières aides seront octroyées avant l’été 2006. Des budgets complémentaires seront consacrés au soutien de la R&D des pôles de compétitivité, notamment pour des projets qui relèvent des programmes de l’initiative Eurêka. Par ailleurs, la Direction générale des entreprises mobilisera au moins 20 M€ en 2006 pour accompagner les pôles dans leurs démarches d’animation du tissu des PMI.

67 pôles de compétitivité ont été retenus le 12 juillet 2005 par le Comité interministériel d’Aménagement et de Développement du Territoire. Chacun est doté d’une structure de gouvernance et d’une ligne stratégique propre ; ils rassemblent sur un même territoire des entreprises de toutes tailles, des centres de recherche et des organismes de formation engagés ensemble dans des projets collaboratifs à fort contenu innovant. Les pôles de compétitivité constituent un outil majeur de la politique industrielle de l’Etat, qui leur consacrera en moyenne 500 millions d’euros par an de 2006 à 2008, à travers :

Ÿ les agences (ANR, AII, Oséo) et Caisse des dépôts et consignations : 270 M€ par an en moyenne ;
Ÿ les exonérations fiscales et allègements de charges sociales : 100 M€ par an en moyenne ;
Ÿ les crédits d’intervention des différents ministères : 130 M€ par an en moyenne.

Une part essentielle des moyens ainsi mobilisés est allouée aux projets de recherche et développement, cœur de la dynamique des pôles.

Contact :
Direction Générale des Entreprises
12 rue Villiot
75572 PARIS CEDEX 12
Tél. : 01 44 87 17 17
Email : dominique.de-tonnac@industrie.gouv.fr



----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

VAL D’OISE : FRANCE TÉLÉCOM ANNONCE LE TRÈS HAUT DÉBIT POUR LES ENTREPRISES DES PARCS D’ACTIVITÉS




France Télécom vient d’annoncer la mise en place du plan très haut débit dans le département du Val d’Oise.

Selon France Télécom, le développement du très haut débit pour les entreprises est un enjeu majeur de développement économique et social et un facteur de compétitivité essentiel. La performance est infrastructures de télécommunications est en effet aujourd’hui un facteur d’attractivité du territoire indéniable pour la France et ses départements, ainsi que pour la compétitivité de toutes ses entreprises.

La déclinaison dans le Val d’Oise du plan d’équipement en très haut débit des zones d’activités économiques prévoit à terme l’équipement d’une cinquantaine de parcs d’activités dans le département, dont 31 ont été réalisées en 2005 et 16 sont déjà programmées en 2006.

Ce plan, établit en concertation avec les collectivités locales et les acteurs économiques locaux, prévoit l’installation d’accès à 100 Mbits au cœur de ces parcs d’activités, qui s’appuie sur la mise en place de boucles de fibres optiques internes à ces zones pour desservir les entreprises des parcs. Il s’appuie sur un réseau départemental de 50.000 km de fibres optiques, dont 7.000 km supplémentaires sont réalisés dans le cadre du « plan ZAE ».

Les entreprises du Val d’Oise peuvent ainsi bénéficier d’accès à des débits jusqu’aux 100 Mbits, à des tarifs attractifs qui sont ceux des secteurs les plus denses d’Ile-de-France, comme à Paris et à La Défense.

L’agglomération de Cergy-Pontoise fait partie des grandes agglomérations retenues par France Télécom pour le déploiement d’équipements Giga Ethernet, permettant aux entreprises de disposer d’accès jusqu’au Gigabit/s.

Par ailleurs, depuis le 1er décembre 2005, une offre d’accès haut débit garanti 2 Mbits symétrique est également disponible sur tout le territoire du Val d’Oise, pour toutes les entreprises, et au même prix partout.

Le « plan ZAE » est un plan national pour soutenir l’attractivité du territoire français en mettant le très haut débit à la portée de toutes les entreprises dans les parcs d’activités économiques.

Cette initiative de France Télécom concerne 2.000 parcs d’activités sur l’ensemble du territoire français. Environ 120.000 établissements de grandes entreprises et PME pourront ainsi bénéficier d’une large gamme de services à très haut débit en fonction de leurs usages, à des tarifs plus attractifs et similaires à ceux pratiqués à Paris et à La Défense et dans des délais plus courts qu’actuellement.

France Télécom, qui dispose déjà aujourd’hui du réseau optique le plus étendu en France, avec plus de 2 millions de km de fibre optique, poursuit son déploiement avec 300.000 km de fibres optiques supplémentaires. Les travaux engagés concernent 2.000 parcs d’activités et comprennent également l’installation de 1.500 nœuds de raccordement optique très haut débit hébergés au cœur des zones.

De plus, des boucles Giga Ethernet vont être déployées, dans les grandes agglomérations françaises, permettant ainsi d’offrir des débits jusqu’aux Gbit/s. C’est déjà le cas pour les entreprises situées dans les agglomérations de Lille et Paris, dont Cergy-Pontoise. D’autres vont être déployées à terme à Angers, Nantes ainsi qu’à Roue, Bordeaux, Le Havre, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Rennes, Strasbourg et Toulouse.

Au total, le plan d’investissement, d’un montant de 250 millions d’euros d’ici 2008, a pour principal avantage de réduire les coûts de raccordement optique au bénéfice de toutes les entreprises, et d’étendre l’éligibilité DSL haut et très haut débit en favorisant l’utilisation de nouvelles technologies d’accès (SDSL symétrique jusqu’à 8 Mbits/s, ADSL2 + 18 Mbits/s). Les infrastructures mises en place par France Télécom dans les parcs d’activités seront ouvertes aux autres opérateurs de télécommunications à travers des offres de gros.

Ce programme d’investissements va ainsi permettre à France Télécom de faire bénéficier les entreprises d’une palette complète de services : accès Internet, VPN IP, interconnexion de réseaux locaux, d’une montée vers le très haut débit : à partir du 2 Mbit/s symétrique et jusqu’au Gbit/s, d’une qualité de service « Business Class » (avec un débit symétrique, le choix des technologies avec le SDSL sur cuivre ou la fibre optique, des engagements forts de sécurité et de supervision avec un débit garanti, un SAV performant), et de tarifs nettement plus attractifs en baisse en moyenne de 50 %.

France Télécom travaille, depuis plusieurs années, en collaboration avec les collectivités locales du Val d’Oise. Un engagement commun qui s’est concrétisé le 7 juin 2004 par la signature d’une convention « Départements innovants » entre le département du Val d’Oise et France Télécom.

La mise en œuvre de ce plan est un véritable challenge, qui s’appuie à la fois sur la mobilisation de tous les salariés, techniciens et commerciaux de France Télécom (1.000 salariés France Télécom dans le département), et sur des engagements financiers importants, à la charge exclusive de France Télécom.

La France connaît une des plus fortes croissances de parc ADSL en Europe, avec près de 10 millions de lignes ADSL au début de cette année 2006. Depuis janvier 2005, près de 4.000 nouvelles communes bénéficient de l’Internet haut débit par l’ADSL. Avec actuellement plus de 30.000 communes ouvertes partiellement ou totalement à l’ADSL, c’est 96 % de la population française qui peut bénéficier de l’Internet haut débit depuis fin 2005. Cette croissance place la France dans le peloton de tête des pays européens en nombre d’internautes raccordés à l’ADSL.

En janvier 2004, en ligne avec le plan « Haut Débit pour tous », initié en juin 2003, France Télécom annonçait une nouvelle initiative volontariste pour accélérer et étendre le déploiement du haut débit en France : la charte « Départements Innovants ». Cette démarche a recueilli l’adhésion d’une large majorité de départements français, avec la signature de près de 80 conventions. Fin 2006, 100 % des répartiteurs de France Télécom seront ouverts à l’ADSL.

France Télécom, selon une étude Dataxis est aujourd’hui le 2ème acteur mondial de l’ADSL à la fin du 1er semestre 2005 derrière China Telecom et devant SBC, devance ainsi les premiers acteurs américains et japonais sur le marché de l’ADSL, ainsi que ses concurrents européens. Ces résultats confirment le dynamisme de France Télécom sur le marché de l’ADSL et sont le fruit de la politique volontariste du Groupe dans ce domaine.

L’effort d’investissement supplémentaire de 250 millions d’euros consacré au très haut débit pour les entreprises porte à près de 1 milliard d’euros l’investissement total de France Télécom en matière de haut et très haut débit et à plus de 3 milliards d’euros l’ensemble de ses investissements dans les réseaux, en France.

Contact :
France Télécom
Michel LECAPITAINE
Tél. : 01 61 05 10 18
Mobile : 06 88 20 41 05
Internet : www.francetelecom.fr

Accès Direct